THE FREAKY BUDS – Hard days Fuzzy nights

Par Evil Ted. Le 01/09/2021.

Aujourd’hui on va parler d’un genre à la racine de tout : le blues. Au commencement il y avait donc le blues : sans blues, pas de rock, pas de hard rock et donc pas de metal ! Je schématise un peu mais je pense que nous sommes tous à peu près d’accord sur ce point.

Je regarde vite fait le dossier de presse avant de mettre le skeud dans le lecteur, je vois un alligator/crocodile et je lis le mot blues. Je m’attends donc à partir direction les Etats-Unis ; hé bien pas du tout ! THE FREAKY BUDS nous vient de Nantes. Le groupe existe depuis 2018 et comprend dans son line-up Max (guitare & chant), Lonj (guitare), Hugo (batterie) et Thomas (harmonica). On retrouve également sur ce premier opus Yvan aux percussions et Julien au clavier. Je tiens à attirer votre attention sur un point : l’harmonica n’est pas un simple accessoire/artifice, mais bel et bien un instrument à part entière. Ecoutez « WHEN YOU’RE NOT AROUND » pour vous faire une idée.

Sur « HARD DAYS FUZZY DAYS » on navigue sur des eaux bluesy mais pas que. En effet, ils enrichissent leurs compositions d’influences rock, psyché…un blues souvent énergique avec pas mal de groove. « WAY TOO WILD », qui ouvre le disque, et « THE PLACE IS BURNING », qui le clôture, nous dévoilent la facette la plus rock n’roll du combo. Difficile de ne pas taper du pied lors de l’écoute. Sur « WAY TOO WILD » le solo exécuté via l’harmonica se substitue intelligemment à un solo de guitare qui lui aurait été bien plus prévisible/traditionnel. Une prise de risque qui paie !

Un titre comme « NIGHT TIME IS MY TIME » montre que le groupe a à la fois un pied dans le passé (des influences vintage telles que Little Walter ou Howlin’ Wolf), mais également un pied dans le rock moderne (The Black Keys ou Jesus Volt que ma collègue Alek_Y_Ann m’a fait découvrir il y a quelques temps).

Prenons « THE OLD FACTORY », ce titre n’a pas à rougir face à l’hommage rendu par Joe Bonamassa à Muddy Waters et à Howlin’ Wolf dans son live « Muddy Wolf At Red Rock » sorti en 2015. Quant à l’électrisant « TOO FAR GONE », il n’a rien à envier au standard « La Grange ». En effet, je vois très bien ce titre accompagner une baston dans un saloon, comme l’a fait le titre des ZZ TOP dans le premier « Shanghai Kid» (film avec Jackie Chan et Owen Wilson). « SHE’S MADE OF FIRE » continue également dans cette veine plutôt vitaminée avec notamment un solo de guitare très bien senti. En un mot : classieux ! NRV PROMOTION a décidément du flair pour nous dénicher de telles pépites (nous vous avons en autre déjà parlé des Grandma’s Ashes, Fhail, Liquid Bear, Kugelbliz ou encore Sweet Needles sur nos pages).

Il y a donc des bayous en Loire-Atlantique, sacrée découverte ^^. THE FREAKY BUDS nous offre un album qui, en plus de nous faire voyager, nous donne envie d’appuyer sur la touche replay une fois terminé. Un signe qui ne trompe pas.

Bonne écoute.

https://fr-fr.facebook.com/thefreakybuds

https://www.thefreakybuds.com/

Clip de « WAY TOO WILD » :

Clip de « SHE’S MADE OF FIRE » :

}