Enfin! : Pitkan Matkan - From Despair to Rebirth

Par Verveneyel

Enfin, chers amis, les revoilà ! Après l'excellent opus "Forward" sorti en 2014, on attendait encore et toujours le retour de Pitkan Matkan. En c'est avec 2021 que nos prières incessantes à moult divinités diverses (et autres partis houblonnées à l'influence toujours croissante) seront exaucées, avec la sortie le 5 février prochain de "From Despair To Rebirth". Un titre qui effectivement représente assez bien la situation : on a désespéré de voir venir cette album, et voilà qu'arrive la renaissance. Quelles sont donc les nouvelles du front ?

}

La première chose à dire c'est que le groupe a pris un sacré coup de mieux au niveau de la production. Tout sonne nettement plus puissant et pro que sur l'opus précédent. La batterie en tête de file gagne enfin l'amplitude qu'il lui faut. Ceci dit, le groupe ne perd pas ce côté gentiment old school dans le son. On pourrait facilement se laisser duper à croire que l'album date des années 90 ou début 2000. Un bon point pour le charme donc ! Cette confusion d'époque se retrouve même dans le visuel, avec le style de 3D et les jeux de textures de l'artwork.

Du reste, la composition est bonne, fédératrice, efficace, parfois presque festif avec le côté joyeusement Punk et sautillant de certains riffs. Le groupe ne s'inscrit pas dans la frange la plus Viking du Death Metal pour rien. À vrai dire, à écouter certains morceaux comme "The Old Boozer Man" ou "The Forest of the Ancient Druids", on peut presque y voir des échos de cette époque lointaine ou Korpiklaani avait de l'inspiration (écoutez "Tapporauta" de ces derniers, vous comprendrez). On retrouve à la fois les skank beats, les mélodies entêtantes, les galopades, et même, parfois, la gnôle. Tour de force à honorer : Pitkan Matkan a réussi à créer du Metal sauce Pagan qui ose parler d'alcool sans devenir une parodie ambulante et kitsch. Ça, les enfants, ça s'appelle la juste mesure. C'est rapide, mélodique, les refrains donnent envie de gueuler dans la fosse ("Betrayal" par exemple, qui a en plus un passage de guitare clean tout bonnement magnifique) et de lever bien haut sa corne à boire. Que demander de plus ?

}

Le côté conquérant n'est pas absent du mélange, avec "The Taste of Beer" qui reste assez épique et querelleur au-delà de la légèreté de son titre. Je vous parlais de Korpiklaani plus tôt, on peut aussi sentir très nettement un côté Manegarm, notamment dans les riffs plus posés, mélodiques, qu'on retrouve notamment dans "Important Help", dans "Magical Lake" ou dans la deuxième moitié de "Betrayal" (ouais, encore !).

Après presque sept ans de maturation en fût, ce deuxième album est donc une belle réussite qui séduira sans problème les fans de Death Metal mélodique scandinave ; et ça fait toujours plaisir de se dire que c'est un groupe de mon coin, le Pas-De-Calais. Consanguins, mais créatifs ! Surveillez bandcamp le 5 février, et n'oubliez pas de soutenir votre scène locale.

https://pitkanmatkan.bandcamp.com/releases