Interview - Éditions Des Flammes Noires

Par MIKA HELL

}

Lecture et metal, mes deux principales passions. Les Editions des Flammes Noires sont donc incontournables pour moi. J'ai eu l’honneur et le privilège de poser mes questions au fondateur. Frères et soeurs metalleux, régalez-vous …

Mika: Tout d'abord un grand merci pour cette interview. Pourriez-vous vous présenter pour nos fidèles lecteurs ?

Émilien: Je suis Émilien et j'ai créé les Éditions des Flammes Noires il y a environ deux ans. Le but est de publier des livres en français sur le metal et le metal extrême. On n’a pas mal de biographies, la première est sortie en mars 2020, c'était sur Rotting Christ ! Nous laissons aussi une belle place aux auteurs francophones qui ont des projets intéressants à nous proposer, comme Pierre Avril et sa série sur le black metal ou bien Maxence Smaniotto et son acolyte François Aviguian qui ont écrit un livre sur la scène arménienne, notre prochaine publication !

M: Comment est venue votre passion pour le Metal ainsi que celle pour les livres ? Pourquoi en avoir fait votre travail ?

E: Pour le metal, c'est venu du rock. J'en écoutais beaucoup au collège et c'est au lycée que j'ai découvert le metal, avant de sombrer définitivement dedans avec les années fac… Le passage de Led Zep à Darkthrone s'est fait en quelques années !

Pour ce qui est des livres, j'ai toujours aimé la lecture, même si c'est quelque chose de cyclique, il y a des périodes où je lis moins et d'autres où je lis plus volontiers. Pendant plusieurs années j'étais fasciné par Tolkien, surtout ado. A la fac, je me suis plongé dans le nature writing avec des auteurs comme Thoreau, Ed Abbey, Annie Dillard, Terry Tempest Williams, Rick Bass ou John Muir, à qui j'ai consacré plusieurs années de travail.

La possibilité d'associer les deux, littérature et metal s'est fait récemment, alors que je cherchais un éditeur pour la traduction de la biographie de Rotting Christ. Comme je n'en trouvais pas et que je voyais qu'il y avait plein de super bouquins qui sortaient en anglais, j'ai commencé à réfléchir à monter ma structure pour publier ces traductions en français.

A l'époque, j'enseignais l'anglais et en fin d'année 2019, j'ai préféré ne pas renouveler mon contrat et profiter de 2 ans de chômage pour monter ma boite et me lancer à fond dedans !

M: Parlons nouveautés si vous le voulez bien ! Le dernier livre de Pierre Avril " Noire France: Black Metal Français " est sorti il y a pas longtemps, le troisième volet de la trilogie de Saad Jones arrive bientôt également... Pouvez-vous nous parler de ces deux ouvrages ainsi que ces deux auteurs que j'affectionne particulièrement ?

E: Oui, le livre de Pierre est sorti il y a trois semaines à tout casser et celui de Saad sort pour le Hellfest ! Par contre, Saad reste un auteur indépendant, c'est lui qui est maitre de ses livres, de la couverture, la mise en page, etc. Je n'assure que la distribution de ses romans - qui sont excellents soit dite en passant. Pour Pierre, il m'avait contacté quelques semaines après la sortie de Rotting Christ. Il m'avait proposé un gros pavé autour du black et en discutant avec lui, je lui ai plutôt proposé d'en faire une série de cinq livres : ça coûte beaucoup moins cher à produire, c'est plus agréable à lire… et plutôt que de retrouver toujours les mêmes photos d'albums ou de groupes, ou des logos que l'on retrouve sur internet, je lui ai proposé que ce soit un artiste qui accompagne le livre de A à Z. Il a été emballé par l'idée et m'a proposé Maxime Taccardi pour le premier volume. Pareil pour la suite, consacrée au black français, c'est lui qui a proposé von Kowen, qui était aussi enthousiaste pour le projet. La suite sortira l'année prochaine, comme j'ai beaucoup de livres à publier avant ! Chacun son tour, c'est long, c'est fastidieux mais je ne peux pas faire autrement.

}
}

M: Des auteurs Français, mais également des livres sur de grosses pointures du Metal, je pense notamment à Paradise lost, I am Morbid et, je crois savoir, bientôt Behemoth....Dites-nous en plus sur ces livres de ces légendes du monde du Metal...

E: C'est clair qu'il y a quelque chose d'incroyable à avoir réussi de rassembler ces biographies en si peu de temps ! Pareil pour Mayhem et Ulver et Moonspell, ce sont aussi trois groupes que j'adore et avoir pu les signer chez les Flammes Noires est fou. Mais ce qui est encore plus dingue c'est que ces livres ne trouvaient pas d'éditeur pour une traduction en français. Tant mieux pour moi !

Pouvoir traduire ou publier les biographies officielles de groupes que tu adores, que tu écoutes depuis de longues années, ça a une saveur particulière. Même quand tu penses bien connaître un groupe, sa musique et son histoire, quand tu t'attaques à leur biographie, tu te rends compte de ce qu'ils ont vécu et traversé, tu les vois grandir, trébucher, faire fausse route… bref, ce sont des hommes avant tout et ils ont eu la chance de vivre une vie un peu hors norme.

}
}

M: Tout à fait d'accord avec vous, par exemple le livre de Necrobutcher de Mayhem est un régal en anecdotes ! Le fond y est des plus intéressants mais j'ai remarqué également que vous mettiez vraiment la forme aussi. Mise en page très soignée, qualité du papier... Et est-ce une évidence de sortir du lot avec de si beaux ouvrages ?

E: Merci ! Et oui, c'est important pour moi d'avoir de beaux objets. Il y a encore beaucoup de choses à améliorer, mais c'est en faisant qu'on apprend. Les imprimeurs sont d'ailleurs des professionnels qui maitrisent la technique à merveille et ils sont aussi de très bons conseils en la matière. En fait, en préparant les livres, je me suis inspiré à la fois des versions originelles des traductions, des livres qui faisaient envie et de ceux qui au contraire, me plaisaient moins. Ça me permet de voir ce que je veux retrouver dans les livres ou non. Parfois il faut faire des compromis comme il y a des coûts à réduire pour tenir le budget… C'est le cas du Paradise Lost, au début je voulais que toutes les photos soient en couleur, mais quand j'ai vu les premiers devis, j'ai été de rapidement changer de stratégie !

}

M: On peut retrouver toutes vos sorties sur votre site internet, certains en précommande, mais faites-vous également des opérations en concerts, festivals ou autres ? Si oui, avez-vous des dates à nous annoncer ?

E: Tout à fait, la plupart des commandes se font sur le site, mais il arrive que certaines librairies soient aussi intéressées pour mettre nos livres en rayon ! Pour cette année, le but est d'être présent au maximum en festival pour justement faire connaître la maison d'édition et présenter les livres. On était à la Firemaster de Châteauroux et au Metallian Birthday Party à Grenoble il y a quelques semaines. On sera au Hellfest avec Saad Jones pendant les deux weekends, et ça c'est une chance incroyable ! On a aussi prévu d'être présent à l'Amarok, au Sylak, au Motocultor et il en reste quelques autres à confirmer.

M: On sait où vous trouvez cet été maintenant ! A l'avenir, y a-t-il des groupes ou des biographies dont vous avez le rêve de sortir une oeuvre ? Ou allez-vous vous concentrer sur des auteurs Français ? Des romans plus que des biographies ?

E: Non, je peux mourir maintenant. Blague à part, oui il y a pas mal de groupes que j'adorerais voir publier chez les Flammes Noires, Darkthrone, Emperor ou même les Japonais de Sigh ! Je ne vais pas privilégier un format plutôt qu'un autre, je regarde avant tout les projets et propositions qu'on peut m'envoyer, mais pour le moment, je ne fais pas de romans ou de fictions, ça viendra peut-être plus tard.

Si je ne publie pas de romans, ça ne veut pas dire que je ne travaille pas avec des auteurs, comme Saad Jones, Stéphane de Grünenwald, Thomas Ponté qui est d'ailleurs signé chez Astobelarra ou Fenriz de Lancelot. Les vendre ou les distribuer n'est pas la même chose que les publier.

M: Pourriez-vous nous faire une liste de vos dix albums ou livres qui ont marqué votre vie ?

E: Pour les livres : Le gang de la clé à molette d'Edward Abbey, Pélerins de Tinker Creek d'Annie Dillard, Sally Mara de Queneau, Nos Parcs Nationaux de John Muir, La Vallée du Yaak de Rick Bass, Rêves d'Arctiques de Barry Lopez, Refuge de Terry T. Williams… beaucoup d'Américains en fait ! Dans un autre registre, il y a aussi Goetlib …

Pour la musique… en vrac : Horses de Patti Smith, Angel Station de Mannfred Mann's Earth Band, Jefferson Airplane aussi, j'en ai beaucoup écouté, comme les premiers Thiéfaine... et plus metal : Black Sabbath, avec Ozzy, Draconian Times de Paradise Lost, Darkthrone, je suis un grand fan aussi du black islandais, très sombre, très froid, très bon… Glaciation et Bââ aussi sont incroyables avec un côté très rock et très intelligent. J’ai aussi beaucoup d'affection pour Beyond Creation, rien que pour le jeu de basse… j'écoute pas mal de choses différentes, même si je reviens toujours au black.

}

M: Un très grand merci pour cette interview, je vous laisse le mot de la fin...

E: Merci à toi pour tes questions et longue vie à Blastphème ! Au plaisir de se croiser en festival autour d'une bière !